Office détox : les clés pour un bureau rangé

Faire un office detox, c’est «avoir une conversation avec soi-même et le lien qu’on entretient avec ses objets», estime Eliette Staub, coach en rangement. DR Pexels
Faire un office detox, c’est «avoir une conversation avec soi-même et le lien qu’on entretient avec ses objets», estime Eliette Staub, coach en rangement. DR Pexels

Des difficultés à atteindre vos objectifs? Un sentiment de panique à l’arrivée de chaque nouvel email? L’impression de vivre dans un stress permanent ? Des deadlines très souvent ratées? Ranger votre bureau peut vous aider à vous en sortir, explications.

L’office détox, c’est quoi?

Une méthode de rangement, basée la démarche Marie Kondo, désormais très populaire et qui connaît de très nombreux adeptes. Les professionnels en la matière sont de plus en plus nombreux en Suisse et structurés au sein d’une association faîtière. Attention, avant la phase de rangement survient une phase de tri. Et celle-ci implique de faire des choix, de se séparer de certains objets, de repenser son mode d’organisation. En cela, entamer un office détox s’apparente carrément à un travail de développement personnel.

L’office détox, est-il fait pour moi?

Clairement, tout le monde n’a pas besoin de rangement pour être plus efficace. De récentes études ont d’ailleurs révélé que le désordre pouvait parfois être synonyme de créativité. En général, il faut envisager un office détox lorsqu’on en ressent le besoin, lorsque sa propre (dés)organisation s’avère un frein pour atteindre ses objectifs professionnels, ou plus généralement lorsqu’on «ressent un décalage entre ses actes et la personne qu’on aimerait être», estime Eliette Staub, coach en rangement et co-fondatrice avec sa sœur Marieke de Clarity Home Détox.

Comment procéder?

  • Etablir ses objectifs.

    Ranger son bureau n’est pas un fin en soi. Si on s’y met, c’est pour atteindre un objectif professionnel. «Par exemple: je veux être plus productive, décrocher davantage de contrats, réussir à finir mon travail dans le temps imparti, être plus créative…», détaille Eliette Staub. Très souvent, observe la coach, ces objectifs ont au final à voir avec la gestion du temps. Ranger c’est au final créer une organisation qui permette de consacrer plus de temps aux choses ou gens qui nous tiennent à cœur.

  • Pour accorder plus de temps aux choses qui comptent…il faut en accorder moins à celles qui n’en valent pas la peine…

Et donc interroger la pertinence de chaque objet –et chaque demande- qui entre dans sa vie professionnelle. «Savoir dire non amène du respect. Se concentrer sur l’essentiel permet d’atteindre ses objectifs et faire ce qu’on veut dans la vie», assure Eliette Staub. Culturellement, ce n’est pas évident. Nous avons souvent été éduquées à rendre service, à ne pas compter ses heures, à répondre immédiatement à son enfant lorsqu’il nous appelle, même si il n’y a aucun urgence…En cela, ranger c’est aussi questionner son fonctionnements, et au final, ses choix de vie.

  • Limiter la fatigue décisionnelle.

On connaît toutes l’uniforme de Steve Jobs ou Mark Zuckerberg, Barack Obama lui même a reconnu récemment n’avoir eu que quelques costumes lors de ses années à la Maison Blanche. Pourquoi ? Trop de choix implique une grande fatigue décisionnelle. «C’est un état psychologique qui implique une détérioration de la qualité des décisions à force d’en prendre», résume Eliette Staub. Dans votre vie professionnelle et votre bureau, identifiez les choix non importants qui sont chronophages et établissez une routine pour les automatiser. Pour les repérer, «demandez-vous ce qui n’a pas fonctionné, récemment et demandez-vous pourquoi», explique Eliette Staub. Vous n’avez pas pu passer assez de temps prévu pour luncher avec votre fille? Alors qu’est-ce qui dans la matinée précédent ce moment vous a pris un temps fou? Parmi les choses à automatiser, vous pouvez planifier l’achat de vos en-cas, vos lunchs, vos commandes des capsules de café ou de bouteilles d’eau, l’envoi de factures…Le tout est de rendre la tâche la plus routinière et régulière possible.

  • Trier vos objets par catégorie.

C’est simplement appliquer la méthode Marie Kondo à son espace de travail. Un exemple de classement: livres, papiers, dossiers, objets du quotidien (perforatrice, trombone…) etc. Ensuite, prenez chaque objet en main et posez-vous la question de son utilité. En quoi va-t-il servir l’objectif que vous avez défini en -1- ? Si vous avez quinze photos de famille, gardez celle qui vous inspire le plus. Attention, il ne s’agit pas d’effacer totalement les objets de décoration, prévient Eliette Staub, simplement de réfléchir à leur impact dans votre vie. «Un objet sentimental peut apporter de la joie. Il faut sélectionner parmi tous les objets sentimentaux celui ou ceux qui en apportent le plus». Ce tri est fondamental. C’est le cœur du travail et il peut s’avérer très chronophage. C’est un véritable questionnement intime et personnel. On peut aussi acquérir des objets qui nous inspirent. Le but n’est pas de faire place nette à tout prix, mais de s’entourer uniquement d’objets qui servent son objectif. On peut ainsi totalement jeter un pot à stylo informe et sans âme pour le remplacer par un objet de goût.

  • Rangez uniquement quand le tri est fait.

A ce moment vous saurez exactement ce que vous voulez garder et pourrez en profiter pour acheter –si besoin- les meubles de rangement nécessaires et adaptés.

 

Quelques conseils, pour la paix des ménages en open space

-Vous avez un/une collègue totalement désordonné ? Sachez que vous ne pourrez peut-être jamais le/la changer, certaines personnes fonctionnent ainsi mais si vous pensez qu’un office detox pourrait lui être bénéfique alors : «lead by example», assure Eliette Staub. Autrement dit : balayez devant votre porte et …armez-vous de patience. Seule exception: lorsque son fourbi empiète sur votre espace. «Dans ce cas, il faut en parler», estime Eliette Staub. Pour aborder le sujet en douceur, vous pouvez lui rappeler qu’en terme d’image face aux clients, le désordre est tout sauf idéal, la clean desk policy de votre entreprise si elle existe…ou lui faire découvrir femmesleaders !

 

 

 Légende Photo1: Eliette et Marieke Staub ont lancé Clarity, spécialisé dans le home détox. DR@nicolehertelphotography, photo prise à Spaces Quai de L’ile.

Eliette et Marieke Staub ont lancé Clarity, spécialisé dans le home détox. DR@nicolehertelphotography, photo prise à Spaces Quai de L’ile.

Conseils