Les start-uppeuses: plus rentables, mais mois financées

Une étude qui vient prouver que les entreprises fondées par les femmes sont plus rentables. DR BCG
Une étude qui vient prouver que les entreprises fondées par les femmes sont plus rentables. DR BCG

Une étude du Boston Consulting Group (BCG) parue début juin met en lumière ce paradoxe : alors que les start-ups fondées ou cofondées par des femmes sont plus rentables, elles peinent à recueillir des capitaux.

Près de 350 entreprises ont été scrutées par BCG pour cette enquête, dont 258 fondées par des hommes et 92 fondées ou cofondées par des femmes. Les données ont été fournies sur une durée de cinq ans par MassChallenge, réseau d’accélérateur d’entreprises.

Les résultats sont très nets : les entreprises crées par des femmes ont levé en moyenne 935.000 dollars. C’est-à-dire quasi moitié moins que le 2,1 millions de dollars levés en moyenne par les entreprises fondées par des hommes.

Pourtant la rentabilité des entreprises fondées par des femmes est meilleure : elles recueillent en moyenne 78 centimes pour chaque dollar investi, contre 31 centimes en moyenne côté masculin. Sur cinq ans, les entreprises fondées par des femmes performent également mieux en termes de chiffre d’affaires : 730 000 dollars en moyenne de CA contre 662 000 pour les entreprises masculines, soit environ 10% de plus.

 

Avec de telles conclusions, rien d’étonnant à ce que BCG ait intitulé son étude «Why Women-Owned Startups Are a Better Bet». Reste cependant à trouver des explications. BCG en échangeant avec des mentors, des entrepreneures, des investisseurs, en ont relevé plusieurs, que les femmes entrepreneures connaissent déjà :

-Les femmes sont beaucoup plus challengées et poussées dans leurs retranchements que les hommes sur leurs compétences techniques. Le souci sous-jacent : le sexisme, encore très répandu dans la tech.

-Les femmes sont moins enclines à réfuter une critique émanant par exemple d’un investisseur lors d’un pitch, elles sont plus tendance à estimer qu’elle est légitime. Le problème : l’affirmation de soi, un domaine sur lequel les femmes peuvent encore s’améliorer.

-Les femmes demandent moins d’argent que les hommes qui ont tendance à ‘overpitcher’ et ‘overvendre’ leur projet. Reste à savoir si c’est un problème, puisqu’au final leurs entreprises sont plus rentables.

-L’immense majorité des investisseurs dans les firmes de capital-risque sont des hommes (92% selon Crunchbase). Et ces derniers sont parfois peu familiers des produits et services développés par des femmes (produits pour bébés, ou dans le secteur de la beauté). Les femmes auraient plus tendance à créer des produits ou services issus de leur propre expérience. Enfin,

 

 

Analyses