Le jour où… Barbe Nicole Ponsardin épouse Clicquot est devenue «la première femme cheffe d’entreprise»

Portrait de la Veuve Clicquot par Léon Cogniet. (Image: Veuve-Clicquot)

Au début du XIXe siècle, Barbe Nicole Ponsardin épouse Clicquot reprend l’entreprise de champagne de son mari décédé, François Clicquot. Une décision courageuse et qui marque le début d’un parcours étonnant.

C’est le 23 octobre 1805 que meurt François Clicquot, d’une fièvre maligne ou de la typhoïde. L’entrepreneur champenois laisse à sa veuve de 27 ans, Barbe Nicole Ponsardin, une maison qui produit 100’000 bouteilles de champagne par an.

A l’époque, en France, une femme ne peut pas disposer de son propre compte en banque, et diriger une entreprise lui est interdit. Exception faite des entreprises familiales. «Celles-ci pouvaient être dirigées par des parents ou des descendants en cas de décès», note Jean-Marc Gallot, président de La Maison Veuve Clicquot. Mais évidemment cette possibilité est pensée pour les dirigeants masculins, et lorsque la jeune femme -tout juste maman d’une petite Clémentine- manifeste son envie de reprendre la maison, «tout son entourage l’encourage à passer la main», rappelle Jean-Marc Gallot. Mais la jeune femme tient bon. Et prend la tête de la maison champenoise, devenant «la première femme dirigeante d’une entreprise, on ne peut pas le prouver, on le romance sans doute un peu», glisse Jean-Marc Gallot.

Par contre, seconde surprise, la jeune veuve ne se contente pas d’expédier les affaires courantes. Elle se révèle même extrêmement audacieuse. «Elle a passé un coup d’accélérateur flamboyant dans les cinq années qui ont suivi sa prise de fonction, en introduisant coup sur coup cinq innovations», explique le dirigeant. Parmi elles, la ‘table de remuage’ qui permet de lutter contre les dépôts, le rosé d’assemblage, et le principe du millésime, à savoir le fait de faire entrer uniquement les récoltes d’une seule année dans la composition d’un vin, et non des raisins cueillis des années différentes. «Ces trois éléments font aujourd’hui encore le quotidien de toutes les maisons de champagne», souligne Jean-Marc Gallot.

Le surnom de ‘grande dame du champagne’ qui a par la suite été donné à la Veuve Clicquot n’est, lui, assurément pas romancé! Cette créativité incroyable et cette capacité à entreprendre sont célébrées chaque année par la marque Veuve Clicquot via son prix de la femme d’affaires lancé en 1972. Ce prix est remis chaque année dans une quinzaine de pays. Cette année en Suisse, c’est Barbara Lax, créatrice du réseau de crèches et écoles Little Green Houses, qui a été récompensée le 30 novembre à Zurich.

Inspiration