La Silicon Valley: un monde impitoyable pour les femmes

Affaires Travis Kalanick, Ellen Pao ou Susan Fowler: les scandales liés à la prise en compte des femmes se sont succédé ces derniers mois en Silicon Valley. Pour Bérénice Magistretti, correspondante de Bilan en Californie, la problématique est ancienne et sa prise en compte progressive.

Alors qu’il semblait parti pour devenir le nouveau roi de la Silicon Valley, Travis Kalanick a chuté de son piédestal et même perdu son poste à la tête du géant Uber. Et c’est un scandale de harcèlement sexuel qui a causé sa chute. Quelques mois plus tôt, au sein d’Uber, c’est l’ingénieur Susan Fowler qui avait porté plainte contre un de ses supérieurs pour harcèlement sexuel. Ignorée par les ressources humaines, elle avait quitté Uber et écrit un blog qui a attiré l’attention des médias sur ces pratiques délétères au sein de l’entreprise.

Toujours dans le domaine de la technologie et des startups, une autre femme, Ellen Pao, a même donné son nom à l’«effet Pao», lié au traitement inégalitaire dont elle estimait avoir fait les frais au sein de la firme de capital-risque Kleiner Perkins Caufield & Byers, se voyant refuser une promotion au profit de collègues masculins. Dans le domaine des investissements d’ailleurs, le VC Justin Calbeck a reconnu en juin 2017 avoir harcelé des femmes entrepreneurs qui sollicitaient son soutien financier pour lancer leur activité.

«Globalement, estime Bérénice Magistretti, la Silicon Valley reste un boys club où les femmes peinent à trouver leur place. Des hommes qui créent, financés par d’autres hommes, pour être vendus à des hommes». Pourtant, certaines choses changent: Ellen Pao a rejoint Kapor Capital, une firme de VC qui s’assure que chaque startup comprend des femmes mais aussi des représentants issus de minorités, afin de promouvoir la diversité.

L’un des risques cependant avec certaines tendances que l’on voit émerger est d’arriver à une forme de politiquement correct, voire de censure. Ainsi, un employé de Google a été licencié cet été pour avoir rédigé un texte qui, appuyé sur des éléments tirés d’études scientifiques, remettait en cause certains points de l’égalité hommes-femmes et insistait sur les différences entre les genres.

Analyses